Fédération P.D.G Russie et Europe de l'Est

Parti Démocratique Gabonais branche Europe de l'Est: Avançons Ensemble!!!

le 30-09-2010 08:48

Qui est Axel Jesson Denis AYENOUE ?



 
 

La Fédération PDG Russie et Europe de l'Est avait suggéré la mise en place d'une courroie de transmission entre les Fédérations de l'étranger et la hiérarchie du Parti lors du dernier Congrès. Message reçu , le Nouveau Président du Parti Le Camarade Président Ali BONGO ONDIMBA nous a entendu et l'a mis sur pied par la nomination d'Un Secrétaire National chargé des Relations avec les Communautés Estudiantines , le Suivi des Activités Politiques des Fédérations de l'Etranger et des Comités Internautes , Porte-Parole du Parti : Axel Jesson Denis AYENOUE .

 

 

 

 

 

Homme jeune , vigoureux , pragmatique  ayant occupé des fonctions diverses au sein des différentes structures du Parti notamment Délégué Fédéral de l'UJPDG Afrique du Sud et porte-parole du Collectif des Fédérations de l'étranger lors du 9ème Congres du Parti entre autre et dont les activités furent remarquables de par son implication et font de lui un atout majeure dans le dispositif tactique de l'équipe de l'émergence du Parti .

 

 Le Camarade  Axel Jesson Denis AYENOUE associe a ce parcours politique captivant un cursus universitaire brillement conclue ce qui lui a value une distinction et non des moindre par les instances du Parti en tête desquelles le Distingué Camarade Ali BONGO ONDIMBA qui a placé son mandat sous fond de renouveau, d'émergence.

 

 

 

 

 

 

 

 

En effet , en nommant le Camarade AYENOUE a ce poste stratégique, le Camarade Président du Parti reprend ces mots qui nous ont conquis lors de sa campagne présidentielle aux élections anticipée 2009 < l'avenir du Gabon c'est vous les JEUNES> allant dans la meme philosophie que son prédécesseur  le Grand Camarade Président Fondateur du Parti Omar BONGO ONDIMBA < La JEUNESSE est sacrée >.  

 

 

 

 

La Fédération PDG Russie et Europe de l'Est par la voix de son Secrétaire Fédéral le Camarade Louis Innocent ENIE assure le Camarde AYENOUE de son soutien inconditionnel a ses cotés pour mener a bien sa mission de par l'apport de notre Fédération  dans les différents domaines qu'il soulèverait . Camarade AYENOUE la balle est dans votre camps et nous attendons vos orientations.  

 

 


Commentaires

 
 
 
le 30-09-2010 00:15

Après Pierre Mamboundou, qui Ali Bongo recevra t-il ?


 Malgré la situation houleuse qui terrasse l’univers estudiantin gabonais de la diaspora suite à la réforme indispensable des bourses dénommée « LE TSUN MASSARD », la majorité des gabonais en séjour en terre française a vivement salué l’attitude d’ouverture et de respect affichée par le Président de la République, Ali Bongo Ondimba lors de son passage à Paris, en rencontrant Pierre MAMBOUNDOU, un de ses adversaires à la présidentielle d’août dernier.

C’est dire qu’au-delà des clivages politiques ou des désaccords qu’on peut enregistrer entre les deux hommes, il règne un climat apaisé alimentant un intérêt commun : l’avenir et le devenir du Gabon.

Ali Bongo Ondimba en engageant cette démarche de recevoir et de dialoguer avec son compatriote qui ne partage pas forcément toutes ses idées ou toute sa vision de construire le Gabon a montré qu’il était un homme de dialogue, d’échanges et de partage. Et que sa volonté de développer le Gabon passait également par cette capacité à écouter d’autres sons de cloches pour une plus grande cohésion et une meilleure cohérence dans la construction de notre Union Nationale.

Cet acte symbolique remarquable marqué par le Chef de l’Etat nous invite à affirmer que le discours du cinquantenaire de l’indépendance du Gabon est en voie de devenir un discours historique. En effet, il commence à être suivi de faits concrets.

Le Président de la République y disait : « Il nous est certes arrivé de nous quereller, de nous disputer, mais nous sommes toujours parvenus, malgré tout, à rester unis, grâce à la hauteur d’esprit et à la forte volonté collective de préserver les fondements de notre vivre -ensemble ».

Rappelons que Pierre Mamboundou est arrivé en deuxième position lors de la dernière élection présidentielle. Comme il n’y a jamais deux sans trois, peut on conclure qu’à son retour au Gabon, le Président de la République acceptera de recevoir André Mba Obame, arrivé en troisième position lors de cette rude course électorale malgré le fait qu’il ne soit pas encore parvenu à digérer sa défaite. Aussi, comme le souhaite le peuple gabonais, l’occasion sera donnée à Ali Bongo Ondimba de rappeler à celui qui fut son frère et ami les valeurs reçues de leur père Omar Bongo Ondimba qu’il semble avoir oublié aujourd’hui pour des questions d’ego personnel qui ne participent en rien au développement du pays.

En effet, dans son discours du 17 août dernier, le Président de la République dit parlant des valeurs d’Union, de Travail et de Justice : « ces valeurs qu’ils nous ont léguées et que nous avons su préserver restent l’adjuvant nécessaire de notre cohésion nationale et de notre stabilité politique reconnues et appréciées par la communauté internationale ».

En s’inscrivant dans cette dynamique de rencontres, d’abord avec le peuple gabonais lors de la première édition de la « Caravane Gabon Profond », de la classe politique appartenant à la majorité, puis celle de Pierre Mamboundou et peut être celle d’André Mba Obame et ses amis de l’Union Nationale, Ali Bongo Ondimba affiche plus que jamais l’image d’un chef d’Etat qui veut une véritable Union Nationale comme il l’a précisé dans le même discours du cinquantenaire de notre indépendance.

« Mes chers compatriotes, moi, j’ai foi en l’avenir. C’est un engagement personnel, et je compte non seulement sur chacun d’entre vous, mais aussi sur nos partenaires,pour aider à la réalisation de cette grande ambition de faire du Gabon un pays émergent, cet édifice nouveau auquel nous rêvons ».

A la veille du premier anniversaire de son investiture, Ali Bongo Ondimba continue de poser les jalons des neuf axes de notre projet de société « l’avenir en confiance » afin qu’on y voit un véritable équilibre.

Enfin, l’attitude responsable du Président de la République nous invite également à avoir foi en la désignation d’un nouveau gouvernement qui serait plus méthodique et réellement dynamique dans l’optique de créer une véritable rupture avec le passé.

D’ailleurs dans son discours du 17 août, il dit ceci : « Mes chers compatriotes, notre rapport à la loi doit évoluer ; car c’est elle qui garantit l’équilibre social en neutralisant d’éventuels antagonismes. Tout le travail que l’on fera sera vain si cette donnée élémentaire n’est pas intégrée. Comment accepter que des investissements importants soient réduits à néant par des attitudes irresponsables et antipatriotiques ?

Aucun pays ne s’est développé en favorisant le laxisme, l’impunité, les détournements des deniers publics et le désordre. Plus que jamais, nous nous opposerons à ces comportements déviants d’un autre âge, d’une autre époque ».

 


Commentaires

 
 
 
le 30-09-2010 00:03

Un espoir pour les boursiers gabonais


Face au tollé provoqué par la suppression en cascade de milliers de bourses aux étudiants gabonais, la Commission des finances de l’Assemblée nationale a auditionné le 28 septembre le ministre de l’Economie, Magloire Ngambia, sur la légalité de ces décisions. Le ministre a promis que «les bourses supprimées seront suspendues pour permettre aux étudiants de remplir les conditions exigées. Le tout dans le strict respect de la réglementation en vigueur».
 
© D.R.
 
Les étudiants gabonais dont les bourses d’études ont été gelées ou supprimées lors des commissions de la Direction générale des bourses et stages (DGBS), peuvent entrevoir une lueur d’espoir. Auditionné le 28 septembre à Libreville par la Commission des finances de l’Assemblée nationale, le ministre de l’Economie, Magloire Ngambia, a promis revoir les décisions de la DGBS qui semble-t-il, n’auraient pas tenu compte de la réglementation en vigueur.

Selon Magloire Ngambia, «les bourses supprimées seront suspendues pour permettre aux étudiants de remplir les conditions exigées. Par la même occasion, on procédera au rétablissement de celles qui ont été suspendues. Le tout dans le strict respect de la réglementation en vigueur», a-t-il affirmé.

Les conditions de suspension et de suppression des bourses sont clairement énoncées aux articles 18 et 19 de l’arrêté n° 2793/PM/MES du 2 décembre 1993 fixant les conditions d’attribution et de renouvellement des bourses et stages sont les suivantes : deux échecs successifs dans le même cycle, abandon des cours ou absences aux examens, fraude, exclusion, réussite au diplôme pour lequel la bourse a été octroyée, cas d’indiscipline dans l’établissement ou à l’égard des organismes de gestion, et non transmission des fiches de renouvellement de bourse dans les délais requis.
 


Commentaires

 
 
 
le 30-09-2010 00:01

Les 42 blocs pétroliers intéressent la Corée du Sud


Le ministre des Mines, Julien Nkoghe Bekale, s’est entretenu le 28 septembre à Libreville avec une délégation d’hommes d’affaires sud-coréens. Ces derniers veulent participer au 10e appel d’offres des 42 blocs pétroliers en mer profonde et au développement de la future compagnie nationale de pétrole (Gabon Oil Company).
 
© D.R.
 
Une délégation d’hommes d’affaires sud-coréens a été reçue le 28 septembre à Libreville par le gabonais ministre des Mines, Julien Nkoghe Bekale. Au cours de cette réunion de travail, la délégation a manifesté l’intérêt des entreprises coréennes pour le 10e appel d’offres de 42 blocs pétroliers en offshore profond et ultra profond prévu en octobre prochain.

«L’implantation d’entreprises de pointe coréennes au Gabon est déjà envisagée étant donné que les deux pays sont des vieux amis. Mais elle devrait faire l’objet d’un accord-cadre de coopération au préalable. Nous avons des matières premières dont vos industries ont besoin(…), nous voulons mettre en place des zones économiques spéciales pour valoriser et créer des pôles de compétences. Le Gabon est un pays libéral et ouvert à toute forme de partenariat et le dossier coréen fait déjà l’objet d’un examen par les services concernés», a indiqué le ministre Julien Nkoghe Bekale.

Pour le directeur coréen de l’économie et de la coopération industrielle, Kim Young Min, l’expérience de son pays dans le domaine technologique peut servir au développement de l’ensemble du secteur énergétique au Gabon, en dépit de l’absence d’investissements sud-coréens au Gabon.

Le ministre des Mines, du Pétrole a tout de même précisé que, «cette coopération, bien qu’envisageable, ne sera possible qu’après avoir défini un cadre global de coopération dans le secteur des mines et des hydrocarbures. Par ailleurs, dans cette même coopération, les sociétés coréennes pourront être à la fois acheteurs et producteurs sur la base de permis dûment acquis».

Cette rencontre intervient quelques jours après le séjour Julien Nkoghe Bekale en Corée du Sud, de dans le cadre de la 3e conférence ministérielle sur la coopération économique Corée-Afrique (KOAFEC2010). 
 


Commentaires

 
 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article